Olivier Balédent - CHU d'Amiens

La moelle épinière peut être considérée comme une grosse corde constituée d’une multitude de fils électriques serrés ou les informations sensitives et de pilotage du corps circulent.

Cette moelle baigne dans le liquide cérébro spinal sous pression. Sans que nous sachions pourquoi, ce liquide parfois s’infiltre dans la moelle et provoque en son sein des cavités liquidiennes dites de syringomyélie. La formation de ces cavités s’accompagne d’un stress mécanique perturbe l’organisation des fibres nerveuses et conduit à une altération de la conduction du signal électrique.  Ces signaux électriques altérés sont à l’origine des principaux symptômes de cette pathologie. Ils se manifestent de manières diverses, allant de simples déficits sensoriels des membres supérieurs à peine perceptibles voire asymptomatiques, à des formes plus douloureuses et invalidantes pouvant entraîner comme pour Bobby Jones des troubles de la marche et déboucher en quelques années dans les cas les plus graves à la paralysie.

Depuis la fin des années 1990, en tant qu’enseignant-chercheur de l’université de Picardie Jules Verne et praticien hospitalier du CHU d’Amiens, je cherche à observer et à comprendre la dynamique de ce liquide circulant autour de cette moelle épinière. L’imagerie par résonance magnétique m’offre, la possibilité de naviguer dans ce liquide cérébrospinal. Je découvre ces recoins, quantifie l’amplitude de ces tsunamis, mets à jour l’origine de ces oscillations et cartographie ces contours.

Comprendre et identifier le « normal » c’est aussi définir le « pathologique » 

Aujourd’hui tout n’est pas résolu mais tout n’est plus complètement mystérieux, des centaines de patients bénéficient de cette connaissance accumulée et de la dextérité des neurochirurgiens qui réparent le vivant. De Nombreux patients voient leurs symptômes diminuer et parfois même disparaître, mais trop nombreux encore sont ceux pour qui nous ne comprenons pas tout de la pathologie. Pour ceux-là nous remettons l’ouvrage sur la table et continuons encore et encore à développer de nouvelles techniques, à explorer de nouvelles pistes, à échanger avec nos collègues des quatre coins du monde pour vaincre le grand chelem de la maladie.

Dans ce combat contre la maladie la fondation Bobby Jones est une arme précieuse et efficace au cœur de la maladie. La fondation a compris qu’il fallait être ensemble, communiquer, faire se rencontrer les scientifiques et les médecins, parler, débattre, diffuser la connaissance mais aussi savoir écouter et partager avec les patients. Pour se faire la fondation Bobby Jones a réussi à bâtir non seulement le plus grand réseau d’experts de la syringomyélie sur le web et en dehors mais aussi au cours des années un véritable réseau d’amis que je vous invite à rencontrer. https://bobbyjonescsf.org/