Introduction Gary Player

GARY PLAYER FOREWORD BOBBY JONES JUNE 2021

 

Je suis ravi d’écrire cette introduction célébrant la vie et le parcours de Bobby Jones. 

Je suis né à Johannesburg, en Afrique du Sud, à des milliers de kilomètres d’Atlanta, en Georgie, mais l’histoire de Bobby Jones a sans aucun doute contribué à inspirer la mienne et, par conséquent, cela m’a donné l’occasion de boucler la boucle. 

Lorsque Bobby Jones a pris sa retraite du golf en compétition pour se consacrer à sa famille, à son métier d’avocat et peut-être à la plus grande réalisation de sa vie en créant l’Augusta National Golf Club, j’ai dû faire face aux aléas de ma propre vie et de mon propre parcours. 

Je crois que la plus grande réalisation de Bobby Jones a été la création du Club national de golf Augusta et non pas ses incroyables réalisations en tant que golfeur. Il voulait un endroit où rencontrer ses amis, sa famille et ses associés. C’était le club de golf national d’Augusta. 

Il choisit Alister MacKenzie comme co concepteur du parcours et le banquier Clifford Roberts comme coassocié. Leur vision collective sur la création des Masters a été brillante parce qu’en prenant de l’ampleur, ce tournoi a surmonté la crise financière de 1929. L’Augusta National est devenu le lieu de l’amitié tant chérie par Bobby Jones. À Saint Andrews, en Écosse, en octobre 1958, il confia : "Une vie est riche et pleine lorsque vous avez des amis". 

J’ai eu la chance de rencontrer et de devenir ami avec Clifford Roberts et Bobby Jones. Ces deux hommes m’ont accueilli dans leur club et m’ont aidé à remporter trois Masters. Pendant mon séjour à Augusta, Mr Jones s’est comporté avec moi comme une figure paternelle en m’offrant des conseils sur la façon de jouer et de gagner sur ce parcours. Lorsqu’une fois, je lui ai demandé comment appréhender le trou 4, sa réponse fut : « Mon garçon, tu n’es pas censé faire un birdie, joues toujours le Par ! » 

Je n’oublierai jamais la présence de M. Jones à Augusta National. Sa dignité, sa gentillesse, ses paroles, son sourire. Je me souviens qu’il avait cette terrible arthrite aux mains et qu’au dîner des Champions, je lui découpais son steak. Comment pourrais-je vous exprimer mon sentiment de faire cela pour un homme que j’aimais et admirais tant ? 

Je suis honoré de savoir que ce livre Eternal Bobby Jones est soutenu par son petit-fils, Robert Tyre Jones IV. Je sais qu’il fait de son mieux pour la Fondation qui porte le nom de son grand-père et qui aide les patients souffrant de la syringomyélie. Nous avons toujours besoin d’un guide ou d’un mentor pour passer certaines épreuves et tribulations dans notre vie. 

Un grand merci à Frédéric Lecomte-Dieu pour son dévouement à la mémoire de Bobby Jones. C’est un merveilleux exemple à suivre pour tous les golfeurs et les personnes du monde entier. J’ai essayé dans ma vie de l’imiter et chaque fois que je viens aux Masters, j’entends sa voix m’appeler. Merci, monsieur Jones, je vous salue. 

Gary Player